Mascarades et pastorales

La mascarade est une représentation burlesque et satirique de la vie d’autrefois et d’aujourd’hui. Elle est composée de scènes parlées ou chantées, en basque, et entrecoupées de danses souletines. La troupe, constituée de jeunes gens amateurs, tous issus d’un même village souletin, se produit uniquement chaque dimanche de Carnaval dans les communes de Soule qui veulent les recevoir. Elle comprend le groupe des danseurs souletins (le porte-drapeau ou enseiñari, l'homme-cheval ou zamalzain, l'homme aux sonnailles et au balai de crins de cheval ou tcherrero, l'homme-chat ou gathuzain, l'homme-femme avec sa jupe, son chapeau et son tonnelet ou kantiniera), les satans, le seigneur et sa dame ou jauna eta anderia, le laboureur et sa femme ou laboraria eta etcheko anderia, les bohémiens ou bouhamiak, les rémouleurs ou tchorrotchak, les chaudronniers ou kanterak, les hongreurs ou kerestuak, et autres personnages burlesques : pitxu, kabanna…

Le matin, ce sont les barricades : la troupe parcourt les rues du village, s’arrêtant devant chaque "barricade" dressée sur leur chemin et exécutant chants et danses avant de boire un coup.

L’après-midi, la représentation a lieu en plein air sur la place du village, le public formant un cercle autour de la troupe qui alterne sauts basques, chants et diverses scènes burlesques et comiques, tantôt mimées, parlées ou chantées, le tout selon un rituel bien défini.

Montory avait monté une mascarade en 1932. En 2007, c'était Mauléon et en 2008, Tardets-Alos-Sibas-Abense.

De nombreux jeunes de Montory étaient les acteurs de la mascarade cantonale de 1962.

En 1941, un groupe de jeunes gens de Montory joua, à l'école libre, des pièces de théâtre, en français et en béarnais, extraites de livres prêtés par M. Pée Laborde d'Arette.

La pastorale est une représentation de théâtre ancien dérivé de celui du Moyen-Age. Ecrite en basque et en vers par un érudit local, elle comprend une vingtaine de scènes et relate la vie de personnages célèbres ou de faits historiques. Jeanne d’arc, Napoléon, les 4 fils Aymon …la Résistance en Soule. Elle est jouée par une troupe d’amateurs de tous âges et d’un même village, habillés en tenue d’époque. Elle est entièrement chantée en basque et entrecoupée de sauts basques. Cette représentation d’une durée de 3 heures, se déroule en plein air, les acteurs s’exécutant sur une estrade (surmontée de la loge des musiciens) d’où sortent du côté droit, les bleus, les bons, et du côté gauche les rouges, les méchants. Les spectateurs (3 à 4 000 à chaque représentation) sont assis sur des gradins qui ceinturent l’estrade sur 3 côtés. Chaque pastorale n’est jouée que 2 fois et seulement dans le village organisateur. En 2007, le village de Camou-Cihigue a joué la pastorale " Eñaut d'Elizagarai ". En 2008, le 27 juillet et le 3 août, Espès-Undurein jouera la pastorale "Xiberoko Jauna".

Au cours des 18ème et 19ème siècles, Montory a joué 3 pastorales : St Louis, Roi de France en 1792, Geneviève de Brabant en 1878 et La 2ème campagne d'Italie en 1891.

Au cours du 20ème siècle, Montory a organisé 3 pastorales : Les 3 Empereurs en 1913, Les 4 Fils Aymon en 1922 et Godefroy de Bouillon en 1946.

Montory-Pastorale Les 4 Fils Aymon-1922
Montory-Pastorale Godefroy de Bouillon-1946
Retour à la page d'accueil
 
pic d'Arguibelle pic de Sudou pic d'Iridoy bourg de Montory pic d'Anie pic d'Arbouty pic de Hilague col de Lafatigue flanc de Bégousse pic Bégousse Erretzu plateau d'Iracou pic d'Arguibelle pic d'Iridoy bourg de Montory gorges de Kakuetta gorges d'Ehujare pic d'Anie pic d'Orhy pic d'Otchogorrigagna pic Lakhoura port d'Ourdayté pic Bimbaleta plateau de Chuste plateau d'Iracoury pic Bégousse Erretzu bourg de Montory col de Céhabiague col d'Irutibuty col d'Edre Arguibelle Iridoy col d'Ordaburu col de Légacègue Maillardoquy